top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Robert

Glacier 3000 en demi-teinte... et les autres articles de la nano-revue de presse de Villars-Vacances du 08.06.2024 sont en ligne !

24 heures, 06.06.2024
Tourisme à Glacier 3000 - La belle saison va sauver un hiver compliqué

Début d’année difficile sur les hauteurs des Diablerets avec une légère et inhabituelle baisse à la clé. Mais un autre secteur explose. Le vent, la neige à la pelle, le restaurant Botta, un accident tragique et une bonne nouvelle: on tire le bilan d’une saison d’hiver inhabituelle pour Glacier 3000 avec son directeur Bernhard Tschannen.


À la mi-avril, vous annonciez environ 10% de baisse, en espérant compenser un peu les derniers jours. Qu’en est-il?

Les chiffres finaux de fin avril parlent d’une baisse de 7%. Les quantités de neige impressionnantes nous ont compliqué la vie depuis novembre. Rien que la semaine dernière, il est encore tombé 50 cm.


Plus encore, c’est le vent qui nous a contraints à fermer le téléphérique presque un tiers des jours, c’est exceptionnel. Nos deux hôtels des Diablerets (ndlr: l’Eurotel et Les Sources) ont fait une saison correcte, avec un léger recul, mais il faut dire que l'Eurotel a été fermé plusieurs mois pour rénovation.


Et quid du restaurant Botta, ravagé par un incendie en septembre 2022?

La rénovation avance bien, même si, de nouveau, les conditions météo ne nous ont pas facilité la tâche. Nous pensons l’inaugurer entre septembre et octobre. Mais on peut dire qu’il sera prêt pour la prochaine saison d’hiver.


Depuis le 1ᵉʳ mai, vous avez attaqué la «belle» saison. Êtes-vous optimiste?

Oui, et pour cause: nos réservations à l’international pour des journées individuelles ou de groupe auprès de tour-opérateurs ont augmenté de 80% depuis le début de l'année!


Nos efforts paient, j’étais encore ces derniers jours en Asie du Sud-Est pour de la promotion. Le produit de la balade au Peak Walk y est un gros produit d’appel, de même qu’il fait fort en Chine, en Inde et à Taïwan.


Nous essayons également de pénétrer le marché américain, le but de tout ça étant d’équilibrer nos activités sur les douze mois. Aujourd’hui déjà, le ratio randonneurs-skieurs est de deux tiers un tiers.


Le glacier a été endeuillé par la mort d’un ouvrier cet hiver, emporté avec sa dameuse. En avez-vous tiré quelque enseignement?

L’affaire étant encore en cours, je ne ferai pas de commentaire.


Aigle, 08.06.2024
Ville en fête à l'occasion de la Journée des Communes vaudoises 2024

BlueNews, 07.06.2024
Rassemblement à Martigny - «Quand on a un Saint-Bernard, on n'oublie jamais qu'on a un chien!» 

Le week-end est placé sous le signe des chiens de la race Saint-Bernard à Martigny. Des toutous venus du monde entier ont défilé dans les rues de la ville valaisanne vendredi et prendront part au concours de l'Union Mondiale des Clubs Saint-Bernard samedi et dimanche. Reportage.


Sous un soleil de plomb, les chiens, comme leurs maîtres, ont l'air de savourer le petit vent qui s'engouffre dans les rues du centre de Martigny en ce vendredi 7 juin. Il est 16 heures et les Saint-Bernard arrivent de partout. Beaucoup ont revêtu une tenue d'apparat pour défiler fièrement de la Place Centrale jusqu'au Barryland, le musée dédié à cette race canine originaire de Suisse.


Des Saint-Bernard, il y en a de tous poils (courts ou longs), mais aussi de tous horizons. La délégation venue de plus loin est sud-africaine. Pour ce week-end consacré à l'un des symboles de notre pays, des éleveurs ou simples propriétaires de Saint-Bernard sont venus de Lettonie, d'Espagne, d'Italie, de Slovénie, d'Autriche, d'Allemagne, des Pays-Bas, de France ou encore de Belgique. Et la liste n'est pas exhaustive.


Anna et Daniel, eux, viennent de Genève. Au bout de la laisse, l'imposant Picasso impressionne les badauds, qui posent des tas de questions. Même s'il est énorme, le chien est encore tout jeune: il n'a que 17 mois. «Là on est en pleine éducation. Des fois c'est charmant, comme aujourd'hui... et des fois c'est presque la guerre! C'est un Valaisan, il est un peu têtu», plaisante Daniel.

Anna acquiesce: «C'est un vrai Beethoven, il fait quelques bêtises». Mais en habitué des chiens et notamment des Saint-Bernard, le couple ne regrette rien et prend souvent part à des défilés et autres concours. Daniel ajoute: «Quand on a un Saint-Bernard, on n'oublie jamais qu'on a un chien!»


Leur précédente chienne Gwendy a été pendant 9 ans la mascotte du Genève Servette Rugby Club. Encore vif, son souvenir reste visiblement difficile à évoquer pour ses maîtres. Mais depuis son arrivée chez Daniel et Anna en mars dernier, Picasso a repris le flambeau: la mascotte du club, désormais, c'est lui!


Et comme ils emmènent leur chien partout, les Genevois ont parcouru 7400 kilomètres avec lui, allant jusqu'en Suède en camping-car: «Il adore voyager!» se réjouit Daniel.


Rhône FM, 07.06.2024
L’été à Crans-Montana pèse bientôt autant que l’hiver en termes de nuitées.

Avec 930 mille nuitées en 2023, le Haut-Plateau a bouclé un exercice touristique en léger repli. Le constat a été posé jeudi soir lors de l’assemblée générale de Crans-Montana Tourisme et Congrès. Il a aussi permis de confirmer des tendances. 


D’abord avec la provenance des hôtes. Les Helvètes y font courses en tête (majoritairement des cantons de Vaud et de Genève, suivis par Berne, Fribourg, Zürich et Neuchâtel) devant la clientèle européenne (la France domine, suivie de près par l'Italie, suivent le Royaume-Uni et les Pays-Bas).


Ensuite avec la répartition sur l’année de la fréquentation. Là, une tendance commence à s’installer : avec un repli en hiver de 7% entre 2022 et 2023, Les nuitées hivernales représentent désormais 53,5 % des nuitées totales, contre 46,5 % pour l'été (en hausse de 4,5%). 


Pour l’ensemble de l’année, Bruno Huggler, directeur de Crans-Montana Tourisme et Congrès (interview ci-dessous), estime que le potentiel est encore fort pour améliorer encore cette fréquentation. En hiver en particulier, avec la reprise des remontées mécanique spar Vail Resorts, la clientèle américaine pourrait bien se densifier, d’autant plus qu’avec 2,5 millions d’Epic Pass américain, leurs détenteurs peuvent skier gratuitement sur le Haut-Plateau.

En savoir + : https://urlz.fr/qXso

Radio Chablais, 06.06.2024
Leysin et le vélo, une histoire qui roule

Christoph Sauser (à gauche) et Antoine Pellaud l'assurent: la fête sera belle ce week-end à Leysin. (© Radio Chablais)


La Coupe de Suisse de VTT va faire halte à Leysin ce week-end. C’est la troisième fois en trois ans que la station des Alpes vaudoises accueillera un événement cycliste d’envergure, qui servira tant à la relève qu’aux élites.


Leysin, terre d’accueil du cyclisme tout terrain. Après 2022 et les Championnats de Suisse de cross-country, puis 2023 avec ceux de Descente, la station des Alpes vaudoises recevra ce week-end la quatrième manche de la Coupe nationale de VTT. Avec la journée de samedi consacrée aux catégories U9 jusqu’à U17, en plus des non licenciés. Puis celle de dimanche consacrée aux Juniors et élites.


« Nous avons de la chance d’avoir un site de course très centralisé, autour du centre sportif communal. Nous avons également plusieurs parcours à disposition », indique le président du comité d’organisation Antoine Pellaud. De quoi rendre la mise sur pied de l’événement de cette fin de semaine bien plus simple.


Leysin aime le vélo

La confiance de Swiss Cycling envers la commune chablaisienne est aussi une aide précieuse pour l’organisation. Est-ce à dire que Leysin est redevenu un haut-lieu national du VTT ? Antoine Pellaud tempère. « Si on peut déjà être bien placés dans la région, au niveau des Alpes vaudoises et du canton, ça peut être une très belle opportunité pour Leysin. »


La commune se donne en tous les cas les moyens d’obtenir cette « distinction » officieuse. Une politique de développement pour tous les deux roues est en place, tandis qu’un masterplan est en cours de validation.

En savoir + : https://urlz.fr/qXcE

24 heures, 05.06.2024
Chat alors !

Rossinière – Son titre de «Village des chats», la commune du Pays-d’Enhaut le porte en hommage à l’un de ses plus illustres habitants, le peintre Balthus. Grand amoureux des félins au point de se peindre en «Roi des chats» (1908-2001). Mais Rossinière le lustre aussi tous les deux dans une exposition qui s’étend dans le village. Pour cette 8e édition, les créateurs amateurs ont imaginé le chat dans tous ses états, il ne reste plus qu’à pister ces différents félins dans les rues, les granges et quelques cachettes au cours d’une belle balade. (FMI)

Dans le village, du 8 juin au 7 septembre. www.rossiniereanimation.ch

RTS, 05.07.2024
En Valais, la route entre Riddes et La Tzoumaz rouvre vendredi 07.06.2024

La route cantonale qui relie Riddes à Isérables et à La Tzoumaz sera à nouveau praticable dès ce vendredi 16h00. Elle avait été fermée début février suite à l’effondrement d’une partie du tunnel de la Becque.

 

La réouverture était initialement prévue pour la fin du mois de juin. Mais mercredi le canton a annoncé par communiqué que les travaux de réfection du tunnel de la Becque étaient terminés. Malgré leur complexité technique, les travaux, qui se sont déroulés en plusieurs phases, ont été effectués plus rapidement que prévu, ajoute-t-il.


Dans un premier temps, les vides résiduels situés dans la zone de l’éboulement ont été remplis afin de la stabiliser. La partie du tunnel éboulée a ensuite été reconstituée en creusant au travers de la zone consolidée, explique le canton.


Budget respecté

Le montant de la remise en état s'est élevé à environ 3 millions de francs, comme cela avait été budgété, indique le chef du service de la mobilité Vincent Pellissier. "Ces frais seront couverts par le budget ordinaire du service de la mobilité et non pas par un crédit intempéries dont l'octroi aurait pris trop de temps", avait précisé le conseiller d'Etat Franz Ruppen en février lors d'une conférence de presse. Le canton prend à sa charge 70% des frais, tandis que le 30% restant sont refacturés à l'ensemble des communes valaisannes.


L’offre renforcée de transports publics qui avait été mise en place pour répondre aux besoins en mobilité de la population après la fermeture de la route s’achèvera, quant à elle, le 12 juin. A partir de cette date, le téléphérique Riddes – Isérables et la ligne de bus Isérables – La Tzoumaz fonctionneront selon les horaires habituels, précise le canton.


Le tunnel touché, dit de la Becque, est le premier qui se trouve sur la route entre Riddes et la station touristique de la Tzoumaz. L'effondrement d'une partie de sa voûte est survenu le 3 février, lorsqu'un bout de la falaise s'est désolidarisé du reste de la roche. Entre 200 et 300 mètres cubes de matériaux se sont alors déversés dans le tunnel creusé en 1963 à même la roche.


210 vues0 commentaire

ความคิดเห็น

ได้รับ 0 เต็ม 5 ดาว
ยังไม่มีการให้คะแนน

ให้คะแนน
bottom of page