top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Robert

Le compte à rebours continue à Isenau... et les autres articles de la nano-revue de presse du blog de Villars-Vacances pour le 04.05.2024 sont en ligne.

24 heures, 02.05.2024
Projet aux Diablerets - La renaissance d’Isenau, une course contre la montre

Le chemin est encore long, mais l’opération pour trouver les 3 millions manquants en vue de ressusciter l’ancien domaine va de l’avant.


Loin, à l’horizon, l’inauguration d’une télécabine et d’un restaurant flambant neufs à Isenau présente encore des contours flous. Celle-ci devra en effet passer au préalable par un nouveau Plan partiel d’affectation (PA); le précédent avait été invalidé par le Tribunal fédéral en octobre 2020 car il ne respectait pas l’inventaire fédéral des marais protégés. «Une nouvelle mouture a été déposée fin janvier pour l’examen préalable, les remarques et corrections devraient revenir à la Commune avant l’été», selon Philippe Gallaz, président de la Société coopérative Diablerets-Isenau 360.


Dans l’attente, cette dernière continue de se démener pour préparer le terrain à la renaissance du domaine touristique, sorti des radars de la planification vaudoise et fermé en 2017. «Nous sommes dans le planning présenté il y a une année», assure-t-il.

Cette information dans sa version intégrale et originale est disponible en cliquant sur ce lien: https://urlz.fr/qysy / pour en savoir plus: https://isenau360.ch/

Blue News, 04.05.2024
Château-d’Oex - Papier découpé: le Japon, la Suisse et le Portugal à l'honneur

Le Musée du Pays-d’Enhaut & Centre suisse du papier découpé à Château-d’Oex (VD) accueille une nouvelle exposition temporaire. Jusqu’au 28 juillet, elle fait la place à trois artistes au style de découpage totalement différent, Claude Yersin et le couple Markus et Toshiko Blum.


«Ces œuvres proposent au public de poser un regard sur trois cultures: celle du Japon, de la Suisse et du Portugal», explique Corinne Karnstädt, responsable des expositions temporaires au Centre suisse du papier découpé dans un communiqué.


Toshiko Blum, habitant Saint-Gingolph (VS), découvre l’art du découpage avec son mari en 1990. Il fait naître en elle une véritable passion, notamment lors de visites au musée de Château-d'Oex. En 2019, le couple commence à créer ses propres œuvres.


Alpes et soleil levant

L’artiste, de nationalité suisse et japonaise, n’hésite pas, dans ses découpages, à mélanger les cultures. Elle y intègre des tissus traditionnels japonais, en particulier celui des kimonos, qu’elle revisite à sa manière. Passionnée de calligraphie, elle y incorpore également des caractères japonais, choisis avec soin pour leur signification profonde ou leur symbolique.


Pour son mari Markus Blum, le découpage est une manière de raconter des histoires, en particulier celles liées à sa jeunesse passée dans la ferme de son oncle en Suisse alémanique, entouré de vaches, de nature et de pâturages. À noter qu’il s’agit de la première et la dernière exposition du couple en Suisse, ce dernier ayant décidé de s’installer définitivement au Japon après cet événement.

Cette information dans sa version intégrale et originale est disponible en cliquant sur ce lien: https://urlz.fr/qyse
24 heures, 04.05.2024
Colline de Saint-Triphon - Il cultive plus de 150 variétés de tomates pour le plaisir du goût

Jean-Claude David-Rogeat arrive à réaliser environ 400 repiquages par jour. Pour cette étape, il est souvent aidé par un ami ou un restaurateur du coin. - Patrick Martin


Chaque printemps depuis quinze ans, Jean-Claude David-Rogeat prépare plusieurs milliers de plantons de tomates, dont beaucoup d’espèces rares et anciennes.


Bien au chaud sous une serre ensoleillée dans un domaine de 3 hectares niché sur la colline de Saint-Triphon, la Dix doigts de Naples, la Téton de Vénus, la Trèfle du Togo ou encore la Levée d’Hypothèque semblent s’épanouir parmi leurs congénères. Plus de 150 variétés de tomates, dont beaucoup d’espèces rares et anciennes, que cultive depuis quinze ans Jean-Claude David-Rogeat, propriétaire des lieux.


Depuis début mars, ce Chablaisien de 74 ans prépare méticuleusement des milliers de plantons de tomates: pour balcon, pour la montagne, cerises, petites, moyennes et grandes. Ainsi qu’une jolie sélection de piments, de poivrons et d’aubergines.

«Cela fait environ quarante ans que je collectionne des tomates. Par le passé j’en avais même plus de 200 variétés différentes, mais j’affine ma sélection au niveau du goût, raconte cet ancien boulanger de formation. Le plus important pour moi, c’est leur saveur, je suis un épicurien.»

Cette information dans sa version intégrale et originale est disponible en cliquant sur ce lien: https://urlz.fr/qyui
Frapp, 02.05.2024
Sauvetage in extremis des remontées mécaniques des Paccots

La société anonyme Monte-Pente de Corbetta devient dès aujourd'hui "Destination Veveyse". Un nouveau conseil d'administration est en place.


La Veveyse veut sauver coûte que coûte les remontées mécaniques des Paccots. Pour éviter la faillite, la société anonyme Monte-Pente de Corbetta, fondée en 1937, se transforme aujourd'hui en Destination Veveyse, avec à sa tête un tout nouveau conseil d'administration à la recherche de financement, selon les informations de La Télé. Ce remaniement a été accepté à la quasi-unanimité mercredi soir en assemblée.


"L'idée, c'est d'imiter ce qui s'est fait dans d'autres stations. On mise sur 10 actionnaires avec des parts de 100'000 francs chacun, et un actionnariat constitué d'entreprises, de commerces et de privés de la région de la Veveyse, autant que possible", explique Gilbert Coquoz. L'entrepreneur de Bossonnens est le nouveau président de Destination Veveyse. 

Huit membres

En début d'année, la station des Paccots était prête à tirer la prise, au bord de la faillite. Ils n'étaient plus que trois au conseil d'administration à porter cette société à bout de bras après plusieurs saisons dans le rouge. À sa tête, on retrouvait Lionel Werlen qui confiait ce jeudi matin au téléphone qu'il était soulagé de ce renouveau qui amène de l'espoir et de l'optimisme pour l'avenir. Le conseil d'administration s'est étoffé, passant ainsi à huit membres. Tout est désormais à faire: un budget pour l'hiver prochain, trouver une garantie de déficit, et surtout une équipe pour gérer la saison de ski à venir, les exploitants étant tous partis pour diverses raisons. Mais le nerf de la guerre, c'est l'argent. La société est en manque de liquidité. Le dernier budget qui s'étend d'octobre 2023 à octobre 2024 prévoit un déficit de 500'000 francs.Le conseil d'administration planche pour trouver les nouveaux actionnaires d'ici la fin de l'année pour ouvrir sereinement les installations pour une nouvelle saison de ski. En espérant également que la neige soit au rendez-vous. Pour rappel, la station n'a ouvert que neuf jours l'hiver dernier.

Le plan 4 saisons aussi dans le pipeline

Les Paccots ne misent pas que sur le ski. La région de la Veveyse a annoncé en février un masterplan 4 saisons, sur l'ensemble du territoire veveysan, d'où le nouveau nom de la société Destination Veveyse. Ce projet qui comprend différentes mesures, comme les fameux géants de bois, est estimé à 12 millions de francs. La moitié de ce montant sera subventionnée. Reste à savoir maintenant qui paiera le reste.Contacté, Marc Fahrni, syndic de la Verrerie et représentant de l'association des communes veveysannes dans le nouveau comité d'administration, répond: "Pas question de faire partie des gens qui abandonnent le tourisme en Veveyse". La société se donne maintenant 5 ans pour remettre le bateau à flot. "Ce ne sera pas facile, car aujourd'hui, on cherche de l'argent pour une société au bord du gouffre. Mais on reste positifs", conclut Gilbert Coquoz. 

Cette information dans sa version intégrale et originale est disponible en cliquant sur ce lien: https://urlz.fr/qyt1

Riviera-Chablais, 01.05.2024
Aux Frassettes, les campeurs sont prêts à se battre malgré tout
Cette information dans sa version intégrale et originale est disponible en cliquant sur ces liens : https://riviera-chablais.ch/  & https://www.ater-gryon.ch/

441 vues0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page