top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Robert

Le Grand Chamossaire à VTT... et les autres articles de la mini-revue de presse de Villars-Vacances du 01.06.2024

Radio Chablais, 30.05.2024 >
Les amateurs de VTT pourront descendre le Grand Chamossaire dès l’été prochain

Le Grand Chamossaire, au-dessus de Villars, disposera bientôt de sa piste de descente pour vélos tous terrains. Dans les tiroirs depuis des années, le projet de la commune d’Ollon peut enfin aboutir.


Ollon prépare une piste pour les vélos tous terrains dont le crédit doit être validé lors du prochain conseil communal, le 14 juin. Un coût de 622'000 francs pour que ce chemin de descente puisse être accessible aux amateurs comme aux plus expérimentés.


Le projet s’inscrit dans le plan directeur des Alpes vaudoises, qui souhaite développer le tourisme 4 saisons.

En savoir + : https://urlz.fr/qRJN
24 heures, 01.06.2024
Développement aux Mosses - Le Chaussy n’a pas trouvé d’autre acquéreur que la BCV

Mis aux enchères ce vendredi à Vevey, personne n’a enchéri sur la mise de base de la banque. La Commune garde toutefois espoir au vu de contacts récents.


L’avenir de l’hôtel-restaurant Le Chaussy s’écrit toujours en traitillé. L’ancien fleuron des Mosses, mis en faillite en début d’année et vendu aux enchères ce vendredi matin, n’a pas trouvé de repreneur, si ce n’est la Banque Cantonale Vaudoise, créditrice.


Malgré la présence de quelques curieux dans la salle de vente de l’Office des poursuites et faillites de Vevey, personne n’a surenchéri à la mise «garde-fou» de l’établissement bancaire, posée à 575’000 francs, alors que la seule hypothèque s’élève à 725’000 francs.


«Vu le prix, j’ai hésité, mais j’ai finalement renoncé», lançait, au sortir de la salle, l’un de particuliers venus pour se laisser tenter. Un entrepreneur de Collombey-Muraz avait pour sa part ouvert les feux avec 400’000 francs. Insuffisant.


La syndique d’Ormont-Dessous, Gretel Ginier, était elle-même étonnée, et un brin déçue, que personne n’ait proposé davantage. «Le prix final est pourtant bas, je trouve, même s’il est vrai qu’il aurait fallu consentir à des investissements pour rafraîchir le bâtiment.»


L’espoir demeure

La Commune n’avait pour sa part pas les moyens d’acquérir elle-même, même si elle aurait pu faire une demande au Conseil communal dans ce sens. «Mais, après un contact avec la BCV, nous avions la garantie que l’immeuble ne partirait pas à vil prix et nous préférons qu’un privé reprenne. La concurrence serait saine aux Mosses.» Un seul investisseur y concentre en effet l’essentiel des lits hôteliers disponibles.


Gretel Ginier ne perd pas espoir. «Nous fondions notamment quelques espoirs sur un autre dossier, solide, avec business plan, qui nous avait été présenté par des résidents secondaires intéressés, des gens étrangers au métier d’hôtelier-restaurateur, mais prêts à rénover et trouver un exploitant. Ils ont dû y repenser. Je vais tout de même essayer de les recontacter.»

En savoir + : https://urlz.fr/qRJY
Rhône FM, 31.05.2024
Après 18 ans de procédure, un complexe hôtelier inédit s’apprête à fleurir dans la forêt de Nax

 Un complexe hôtelier jamais vu s’apprête à fleurir dans la forêt de Nax. Les plans d’architecture dévoilés cette semaine sur la toile montrent des cabanes luxueuses de deux étages, en forme de cocon. Le tout niché en pleine nature, au milieu des arbres.


Sur le terrain, les premiers coups de pioche viennent d’être donnés. De quoi entrevoir une ouverture pour 2025... 

 

"Cette fois, c'est la bonne"

Mais ce projet, baptisé Nestwood, est une épopée qui dure depuis presque deux décennies. Bertrand Bitz a peint son rêve en 2006 : des cabanes tout confort, perchées dans la forêt de son enfance. C’était sans compter l’interdiction de toute construction en forêt imposée par la loi fédérale. 


Le promoteur a donc enchaîné les revers politiques et juridiques. Sans jamais en démordre : ce projet unique en Suisse répond à une demande. « Un vaste sondage hôtelier a été réalisé durant la pandémie auprès de 900 personnes de toute l'Europe », expose-t-il. « Le projet a été recalibré en fonction des réponses et des tendances. La recherche de lieux hôteliers en pleine nature est très marquée. »


En 18 ans, quelques faux espoirs ont été jalonnés au passage. La presse a annoncé l’imminence du projet, notamment en 2017… avant que ce dernier n’accuse des retards supplémentaires. 

Cette fois, Bertrand Bitz l’affirme, il s’agit bien de la dernière ligne droite.

En savoir + : https://urlz.fr/qRKc
Léman Bleu, 31.05.2024
Corbeyrier/Hongrin: centaines de jeunes à une rave-party illégale

Une rave-party non autorisée a été détectée par les services de police sur le territoire de la commune de Corbeyrier/Hongrin au-dessus de Villeneuve (VD). Des barrages de police bloquent l'accès et invitent les fêtards à renoncer à s'y rendre.


Des centaines de jeunes dansent depuis vendredi soir aux sons de la techno, au-dessus du lac Léman, a indiqué un porte-parole de la police cantonale à Keystone-ATS. Les routes depuis la Lécherette ainsi que Corbeyrier et Yvorne sont coupées pour empêcher de nouveaux amateurs de se rendre à cette fête illégale.


Dans un délai que la police n'a pas tenu à préciser, elle va tirer la prise pour mettre fin à cette rave-party non autorisée

En savoir + : https://urlz.fr/qRKB
Frapp, 30.05.2024
Gruyère - La saison d'alpage est lancée

La famille Bourquenoud est de retour dans son chalet, situé à Neirivue, pour une durée de trois mois. Une tradition qui dure

depuis 44 ans.


Mercredi matin, dans son chalet situé sur les hauteurs de Neirivue, Christian Bourquenoud procède à un bon nettoyage. Il frotte son plan de travail afin de préparer l'arrivée des premiers fromages d'alpage. "Quand c'est le début de la saison, il faut tout remettre au goût du jour... Il faut tout organiser, penser à tout... Mais il manque toujours quelque chose. Après plusieurs jours, on est plus ou moins au point." 


Christian et sa femme Francine, qui travaillent le reste de l'année à Semsales, ont quitté les plaines le week-end dernier. Ils sont remontés à Neirivue pour une centaine de jours afin de faire du Gruyère. Ils sont accompagnés de leur fils agriculteur, André, qui leur prête main forte. Il a par exemple préparer les étagères sur lesquelles seront exposés les fromages.


Chaque année, André est impatient de monter au chalet. Pour lui, la temporalité y est unique : "Le temps est complètement différent à l'alpage. En bas, tout est calculé. On livre la fromagerie du village, il y a des horaires qu'il faut respecter. Ici, si on a 30 minutes de retard, on finira 30 minutes plus tard ce soir".


S'il apprécie ce rendez-vous familial annuel, il aime également quand vient le moment de rentrer. "On est aussi content de redescendre à l’automne, parce qu’il y a une fatigue qui s'installe et les enfants sont heureux de nous revoir. C'est aussi un petit bonus."


Découvrez l'intégralité du reportage de La Télé

En savoir + : https://urlz.fr/qRLo
Rhône FM, 29.05.2024
VerticAlp Vallée du Trient : une seule société pour exploiter TéléMarécottes et VerticAlp

Les communes de Salvan et de Finhaut, ainsi que les deux sociétés à vocation touristique, constituent "à parts égales" l'actionnariat de la société. Celle-ci sera chargée de l'exploitation des installations de transport par câble et sur rails des Marécottes et d’Emosson, ainsi que les points de restauration qui y sont liés.


(.....)

Une complémentarité sur l’année

"Les deux sites touristiques présentent une double complémentarité, saisonnière et de clientèle. Les Marécottes vivent leur haute saison en hiver, et séduisent une clientèle essentiellement locale, régionale et en séjour dans la vallée, tandis qu’Emosson draine des visiteurs suisses et internationaux qui ne passent généralement qu’une journée sur place. Cet état de fait ouvre des perspectives intéressantes en matière de personnel et de marketing notamment", précise Gianluca Lepori, directeur de VAVT. 


Côté finances, la saison d’hiver 2023/2024 du domaine skiable s’est soldée par une fréquentation de 60'000 visiteurs, en augmentation de 35% par rapport à l’hiver précédent. Il s’agit de la plus forte affluence des 10 dernières années. Une fréquentation à laquelle s’ajoute celle de l’été, avec environ 15'000 personnes. Mais alors pourquoi ce besoin de se réunir si des deux côtés les voyants sont au vert.

En savoir + : https://urlz.fr/qRLI

162 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page