top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Robert

La petite revue de presse chablaisienne et subjective de Villars-Vacances du 9 au 15 avril 2023 !

> 15.04.2023, 24 heures. Déficit hydrique. Comment Vaud se prépare pour ne pas manquer d’eau
Ni le Canton ni les communes ne craignent des pénuries d’eau l’été prochain. Mais, à long terme, il faudra changer les pratiques.

Après un mois de février très sec, voilà des semaines que les pluies arrosent les sols vaudois, faisant le bonheur des semis de tomates, des lits de narcisses et des enfants qui sautent dans les flaques. «La réalité météorologique a rattrapé l’angoisse», se félicite Frédéric Glassey, prévisionniste à MeteoNews. La situation s’est bien améliorée car, dans plusieurs régions du canton, il est tombé en mars plus du double d’eau que durant un mois normal. Les cumuls atteignent, par exemple, 201 millimètres au col des Mosses, 150 millimètres à Château-d’Œx, 124 à Aigle, 105 à Vevey et 85 à Lausanne. Et le mois d’avril semble poursuivre sur cette lancée. De quoi faire souffler ceux qui criaient déjà à la sécheresse.

Mais le soulagement pourrait n’être que temporaire. Car les précipitations abondantes n’ont pas suffi à rattraper le retard hydrique accumulé ces derniers mois, comme en atteste le monitorage effectué par le canton sur 17 stations: les nappes phréatiques d’Orbe et du bois du Sépey, à Cossonay, la source de Thierrens et celle de Solalex mais aussi la galerie de drainage de La Frasse, à Ormont-Dessous, accusent des taux de remplissage inférieurs à 25%, voire à moins de 10% du côté d’Orbe. Qu’est-ce que cela veut dire? «Que dans ces régions, la nappe phréatique est basse, résume Emmanuel Reynard, professeur de géographie physique à l’Université de Lausanne. Cela n’augure rien de bon pour ces prochains mois, même s’il est trop tôt pour en tirer des conclusions.»

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...
* * * * * * * * * *

> 14.04.2023, 24 heures. Forêts de Bex. Un arbre rare fait le bonheur d’un luthier veveysan
Plusieurs dizaines d’instruments de choix sortiront de l’atelier de Daniel Formigoni, qui a acheté un très prisé érable ondé de 6 mètres.

On dit qu’il en sort un sur mille sans que l’on sache si la statistique est vraiment fiable. Toujours est-il que le bois d’érable sycomore ondé est une denrée rare, très prisée des luthiers et des marqueteurs. Ses ondulations en surface aux vertus esthétiques et mécaniques reconnues permettent notamment de créer des instruments et des meubles hors norme.

À tel point que les connaisseurs sont prompts à délier leur bourse quand une belle occasion se présente. C’est ce qui s’est passé à Bex où le garde forestier Jean-François Rochat a eu l’œil. «Le bois d’érable se vend habituellement 130 francs le m3 environ, explique le municipal des forêts Pierre-Yves Rapaz. Là, il est parti pour dix fois le prix.» En 2020, dans la région bâloise, un érable s’était carrément négocié à 8000 francs le m3!

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...
* * * * * * * * * *

> 14.04.2023, Canal 9. Monthey: La Gare mêle théâtre, jeunesse et réalisation audiovisuelle.

A Monthey, le pôle culturel La gare proposait un atelier de réalisation vidéo pour les 10-15 ans. Objectif: fabriquer de petits clips qui seront diffusés en marge du prochain spectacle de l’ancienne Bavette.

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

* * * * * * * * * *

> 14.04.2023, RTS. Emission "Passe-moi les jumelles" - Lire les Arbres.

Cette semaine Matthieu Fournier explore les pans méconnus des fameuses mines de sel de Bex, entre galeries effondrées et cristaux de gypse étincelant. Une visite en compagnie de Nicolas Meisser, géologue et minéralogiste, conservateur au département géologie du Muséum d’Histoire naturelle vaudois. Un voyage dans la pierre et dans le temps, suivi d’une autre plongée temporelle mais dans le bois cette fois. Fabien Langenegger, est Dendrochronologue et traque d’anciens villages lacustres immergés dans le lac de Neuchâtel.

Dendrochronologue, drôle de nom pour un archéologue… Fabien Langenegger est un limier du bois et du temps. Sa spécialité, la plongée subaquatique, car le bois ne se conserve longtemps que dans les milieux immergés. Les villages lacustres disparus de plus de 3000 ans, n’ont plus de secrets pour lui. Et pour de nouvelles découvertes, il vole en dirigeable au-dessus du lac de Neuchâtel. 

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

* * * * * * * * * *

> 13.04.2023, Radio Chablais. Leysin va mettre les gares "au milieu du village.

"Un centre desservi par « l’Aigle-Leysin », qui amène les voyageurs jusqu’au pied de la télécabine et un funiculaire souterrain d’ici 2030… L’avenir de la mobilité à Leysin est sur de bons rails. Protégé, le mythique viaduc entre Leysin-Village et Feydey sera maintenu, tandis que les trains ne l’emprunteront plus. L’actuel terminus de « l’AL », la gare « Leysin Feydey » sera réaffecté en halte de funiculaire.
Datant de 1900, l’actuel tracé de l’Aigle-Leysin ne dessert pas le centre de la station. Celui-ci sera totalement repensé dans le cadre du projet Mobilité 2030. Exploité par les TPC, « l’AL » amènera les voyageurs au pied des remontées mécaniques en passant par le centre de la localité. Le tracé sera enterré et relié à un funiculaire souterrain, qui se construira en parallèle du train.

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

* * * * * * * * * *

> 13.04.2023, Radio Chablais. Le Chablais, capitale suisse du Scrabble ?

Nous sommes le 13 avril, journée internationale… du scrabble. Ce jeu de société très populaire, entre amis, en famille, et même sur Internet se pratique aussi en clubs et en compétition.
De nombreuses équipes existent dans notre région : Montreux, Vevey, Aigle, Vouvry ou encore Saint-Maurice. Le Chablais a notamment accueilli de grands champions...
Comment se porte ce jeu dans notre région ? Attire-t-il encore les jeunes ?
La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

* * * * * * * * * *

> 13.04.2023, Radio Chablais. Police du Chablais vaudois: "Ce nouveau règlement peut nous faire économiser jusqu’à 300'000 francs". Ces derniers mois, les conseils communaux d'Aigle, Bex et Ollon ont régulièrement abordé la question de la facture policière. Une répartition plus équitable décidée par le canton de Vaud devrait mettre fin aux débats.

La répartition de la facture policière entre les communes vaudoises a été revue. Le nouveau dispositif se veut plus équitable. Ainsi, dès 2025, l’ensemble des communes financera 35% des coûts totaux, alors que les 65% restants seront désormais assumés par celles qui délèguent les missions de sécurité à la police cantonale. Une bonne nouvelle pour les municipalités disposant de corps régionaux comme la police Riviera ou l’EPOC – l’entente des polices du Chablais vaudois.

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

* * * * * * * * * *

> 12.04.2023, Le Point-Chablais. 2.0 du Grainier : devenir une ferme autosuffisante.
Le Grainier, ferme bio-intégrée, a ouvert ses portes en 2014. Après avoir stabilisé son entreprise, Serge Girardin entre maintenant dans une deuxième phase : s’affranchir des intrants externes tels que l’eau et l’électricité.

L’inflation du prix des denrées alimentaires est à son plus haut niveau. COVID, guerre et hausse des prix de l’énergie en sont les causes, tout comme les pertes de récoltes mondiales de ces dernières années. Il est peut-être temps d’apporter un autre regard sur la provenance des aliments qui trouvent leur place dans notre assiette. Des tomates toute l’année dans les grandes surfaces ? Oui, mais à quel prix ? Et, surtout, de quelle qualité ? Le peu de variété dans les rayons nous pousse souvent à consommer des produits qui ne sont pas de saison et qui ne proviennent pas de notre région ! Pourtant il existe des solutions. La preuve, le Grainier, dont les terres s’étendent sur 6 hectares à Bex, dispose de plus de 3’500 variétés de graines différentes. À titre d’exemple, plus de 400 variétés de tomates y sont
cultivées !

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...
* * * * * * * * * *

> 11.04.2023, Rhône FM. Il fabrique des perles avec des écailles de poissons : cet homme n'est pas fou, il est magique. C’est un savoir-faire ancestral remis au goût du jour. A Saint-Gingolph, on fabrique des perles avec des écailles de poissons. Le concept cartonne et fait la fierté de toute la région.

Direction le Léman. C'est ici au bord du lac que tourne cette petite entreprise depuis juin 2019. Sur place, on produit des perles 100% locales, 100% écolos, avec des écailles de poissons. Cet art ancestral, point fort de Saint-Gingolph au début du XXe siècle, a été remis au goût du jour. Le concept séduit, les boutiques ouvrent les unes après les autres.

La suite de cette information est disponible en cliquant sur la photo ci-dessous...

66 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page