top of page
  • Photo du rédacteurOlivier Robert

Le Col des Mosses se cherche un avenir au carrefour des "quatre saisons"...

Dernière mise à jour : 3 avr.

24 heures, 02.04.2024
Economie de montagne - Des idées germent pour «sauver» la station des Mosses

L’ambition du quatre saisons, des projets en cours, un groupe de réflexion, mais aussi une offre en logements limitée et un hôtel phare aux enchères: au col, on se cherche un avenir clair.


La neige fraîche tombée tardivement la semaine dernière aurait valeur de pied de nez aux Mosses. Il faut savoir en sourire lorsqu’on fait son beurre dans une station de moyenne montagne, quand bien même les résultats parlent d’une affluence augmentée de 30% à 40% par rapport à l’hiver dernier.


Cela n’empêche pas la destination de s’employer depuis des années à réduire sa dépendance au ski et à remodeler son offre dans une vision «quatre saisons», selon l’expression consacrée. Le projet de baignade naturelle en est l’exemple le plus emblématique, même si les travaux commencés en octobre ont pris du retard (lire l’encadré ci-dessous).



Le parcours reste toutefois délicat, d’autant plus lorsque surviennent les mauvaises nouvelles. L’hôtel-restaurant du Chaussy fut l’un des fleurons locaux. Déclaré en faillite récemment, il sera vendu aux enchères fin mai. Dix mètres plus haut, le tea-room, dont nombre d’habitants disent s’y perdre avec les horaires, se cherche un repreneur.


Philippe Scheurlen, le propriétaire des murs et principal hôtelier des Mosses (Le Relais Alpin, Les Fontaines, La Sapinière), assure: «Il restera ouvert pendant la fermeture d’avril du Relais Alpin et dès le mois de mai, un nouveau gérant sera là.»


«Un faste à retrouver»

Ces deux événements ont motivé Fabienne Tauxe à tenter de fédérer les bonnes volontés via une page Facebook au nom un brin catastrophiste: «Les Mosses – Sauvons notre station».


«J’ai créé ce groupe pour trouver des solutions, pour mobiliser la population et tenter de redonner aux Mosses le faste que je lui ai connu quand j’y venais plus jeune, explique celle qui a élu domicile dans le hameau des Voëttes il y a un an. Nous aimerions faire des propositions à la Municipalité.»



Cette fille d’ancien directeur d’office du tourisme, qui a grandi à Blonay, s’est dite étonnée des centaines de personnes qui suivent sa page. Elle avoue par contre avoir plus de difficultés à en réunir une dizaine lors des soirées de discussion.


L’intention n’en reste pas moins louable, à entendre Stéphane Genet, président de la Société de développement des Mosses. «Ce qui manque, c’est du bénévolat et de la bonne volonté, du dynamisme. Les bonnes intentions sont là, mais depuis dix ans que je suis en poste, rien n’a véritablement changé, notamment à cause d’une législation contraignante. Tout prend du temps et le moral finit par être touché.» Du reste, il remettra son mandat prochainement, tout comme le vice-président.


(.........)

Cette information du journal 24 heures est disponible dans sa version complète et originale en cliquant sur ce lien: https://www.24heures.ch/montagne-des-pistes-naissent-pour-sauver-les-mosses-543900136861
Page Facebook "Les Mosses - Sauvons notre station": https://www.facebook.com/groups/185981864432876

1 056 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page